aubigny 

    Superficie de 1714 ha - Altitude de 189 à 255 mètres - 153 habitants environ.

    Lors de sa venue, le visiteur pourra observer l'église saint Genest datant du XIIème siècle, ainsi que le château d'Aubigny, daté lui de la fin du XIXème siècle. Vous pourrez également découvrir, entre autre, le château du Réray, ainsi qu'une partie de la forêt domaniale de Bagnolet. Son nom est issu de l'anthroponyme Albinius (propriétaire d'une villa gallo-romaine) et du suffixe latin Acum.

    Au lieu-dit du Réray, le Conservatoire des Espaces et Paysages d'Auvergne, le Centre Régional de la Propriété Forestière et l'Office National des Forêts ont recensé l'un des 250 arbres remarquables de la région Auvergne. Ce dernier mesure vingt mètres de haut, et sa circonférence est de cinq mètres quarante. Photo ci-dessous: ancienne cure.

    En novembre 1429, Jeanne d'Arc fit étape au village, en se rendant de Saint-Pierre-Le-Moûtier, qu'elle venait de reprendre aux Anglais, à Moulins. Elle évitait la rive droite de l'Allier, tenue par les Bourguignons. Un vitrail de l'église, inauguré en 1909, commémore cet évènement, ainsi qu'une fresque située à l'intersection de la D101, sur le mur d'un logement communal.

    Cette croix de mission ci-dessous en pierre de 1886, monumentale, commémore le passage à cet endroit de Jeanne d'Arc se dirigeant vers Moulins après son siège victorieux à Saint-Pierre-le-Moûtier en novembre 1429. Sa venue en Bourbonnais est attestée par une lettre écrite de Moulins, dans laquelle elle s'adresse aux habitants de Riom pour obtenir vivres et munitions, afin de continuer sa lutte contre les Anglais.

    L'étymologie de la commune et les découvertes archéologiques réalisées en 1888 témoignent d'une occupation du site dès l'époque gallo-romaine. Au Moyen-Age, Aubigny est une paroisse dépendant du diocèse de Bourges, et comprend trois seigneuries: Aubigny, Réray et Roche. En l'an VIII, le village est rattaché au canton de Lurcy puis, par décision du 11 juillet 1831, à celui de Moulins-ouest. Photo ci-dessous: maison à pans de bois et torchis du XVIIème siècle.

    Cette ferme, ci-dessous, du XVIIIème siècle se dresse sur l'emplacement du siège de l'importante seigneurie d'Aubigny, qui a tenu le fief jusque dans la première moitié du XIVème siècle. Ces bâtiments sont devenus les communs depuis la construction du château, situé juste en face.

    Dans les habitations rurales, la vaste cheminée installée dans la pièce principale correspondait souvent au cul-de-four, qui faisait poche dans le pignon. Un four indépendant précédé d'une chambre de four était également souvent construit à proximité de la maison.