aurouër 

                        

    Superficie de 2706 ha - Altitude de 215 à 262 mètres - 412 habitants environ.

    Aurouër, issu du latin oratorium (oratoir), possédait sur ses terres plusieurs mottes féodales, aujourd'hui disparues. Aurouër perd son statut de commune en 1837, date à laquelle elle est rattachée à Villeneuve-sur-Allier. Les habitants lancent une pétition en 1871 pour retrouver leur indépendance. Ce n'est qu'en 1879, après d'âpres démarches, qu'ils obtiennent gain de cause.

    Du château fort d'Arizolles (ou de Darizolles), élevé à la fin du XIVème siècle sur une motte dont les fossés sont encore en eau, ne subsistent plus que deux tours d'angle (photo ci-dessous). Le dernier seigneur du lieu, Andrault de Langeron, originaire de la Nièvre, émigre en Russie à la Révolution. Il devient gouverneur d'Odessa après avoir commandé une division Russe à Austerlitz. Confisqué, le château est alors détruit, et la municipalité met en vente ses moellons et divers autres matériaux.

    La motte d'Arizolles (ou d'Aurouër), qu'il ne faut pas confondre avec le château, était une importante seigneurie où il ne subsiste de nos jours que des traces de fossés. Un logis Bourbonnais y fut construit en 1777 (photo ci-dessus). Dans l'ancienne paroisse de Vaucoulmain, dans le bois communal d'Argnaux, une motte était le siège de la seigneurie des Chesnes de Baseaux. Elle disparut à la fin du XVème siècle. Une autre motte, au même endroit, s'appelait "le vieux château". Peut-être que ces deux mottes ont été édifiées pour contrôler les défrichements.

    Aujourd'hui la mairie, ci-dessous, fut construit pour accueillir l'école de la commune. Il se compose d'un élément central avec pignon, encadré de deux ailes. En 1879, le village, jusque-là rattaché à Villeneuve-sur-Allier, est érigé en commune. La mairie s'installe alors dans l'école, qui déménage dans un autre bâtiment.

    Autrefois, tous les ans, le lendemain de Noël, les villageois étaient autorisés à couper dans la forêt communale les branchages de bouleau qui leur étaient nécessaires pour la confection des balais, sous la surveillance de l'agent technique des Eaux et Forêts. Ci-dessus, "Génésia", sculpture de Pierre Sabatier, est en acier peint, de couleur rouge vif, découpé au laser, et mesurant 4 mètres sur 4. Ci-dessous, maison du XVIIIème siècle avec vestiges du four à pain.