châtel-montagne

    Superficie de 3681 ha - Altitude de 331 à 972 mètres - 380 habitants environ.

    Châtel-Montagne, du latin castrum in montanis (le château dans la montagne), est une commune qui s'étend sur le versant ouest des monts de la Madeleine. Le site semble être un oppidum Gaulois, puis le siège d'une importante garnison Romaine. Une branche de la voie allant de Vichy à Roanne y passe. L'importance des voies de passage qui se croisent à Châtel permettent la tenue de foires régulières entraînant la richesse du lieu.

    La commune est d'abord rattaché au fief du duc d'Aquitaine dont les comtes  d'Auvergne et de Berry sont les vassaux. Les comtes de Bourbon et la naissance du Bourbonnais sont d'origine plus tardive. Dès le XIème siècle, le village est le centre d'une importante baronnie. En 1083, le seigneur Dalmace et sa femme donnent l'église Sainte-Marie de Châtel aux moines de Cluny. Un prieuré bénédictin, dépendant de Cluny, est mentionné en 1131. Avec son prieur et quatre religieux, il dessert plusieurs églises voisines. Très touché pendant la guerre de Cent Ans, il sera supprimé en 1501.

    La paroisse de Châtel est édifiée en 1462. Au XVIème siècle, Nicolas de Nicolay cite le bourg et son château fort, dépendant des châtellenies de Vichy et de Billy, parmi les trente villes closes du duché des Bourbons. Châtel est alors une petite ville prospère, attestée par l'inscription de la paroisse sur la liste des trente villes et petites villes les plus importantes de la province à la fin du XVIème siècle. La commune est créée en 1790 et compte 1 668 habitants en 1830. Photos ci-dessous: maison à galerie, anciens panneaux signalétiques et croix des quatre vents.

    Le lieu-dit "Château de Villefort", est constitué par une motte féodale de grandes dimensions, dont le diamètre, y compris les défenses extérieures, dépasse cent vingt mètres. Elle était, au XIXème siècle, encore presque intacte. La partie centrale est constituée par une levée de terre formant une plateforme circulaire d'une vingtaine de mètres de diamètre, sur laquelle était installé le château primitif. Un triple réseau défensif de fossés et de contrescarpes protégeait le donjon, doublé de l'appareil d'un large fossé, bordé de part et d'autre de remparts en forme d'éperon avancé. Photyos ci-dessous: mairie et maison du patrimoine, maison à tourelle et ancien hôtel des touristes.

    Le village de Charguéraud, comme celui de Pion, aurait été fondé, selon la tradition, par des tribus Mongoles, Sarrasines, Hongroises ou Bohémiennes. La réputation des habitants de ce village était celle de gens hardis, indépendants, parfois même cruels. On les disait contrebandiers. Les Charguenauds étaient avant tout des voyageurs, nombre d'entre eux circulaient en caravane pour commercer avec les terres voisines. S'approvisionnant dans la Plaine de la Limagne, ils pouvaient aller, avec leurs charrettes, jusqu'à Lyon pour vendre leurs produits. Ci-dessous, quelques vues du bourg.

    La révolution entrainera la destruction de toutes les archives religieuses et civiles du village, renommé temporairement "Mont-sur-Besbre", ainsi que la suppression de la flèche de l'église. Au XIXème siècle, l'activité est surtout agricole. Les produits de la montagne sont expédiés vers Cusset. On y travaille le chanvre, le lin et la soie. Un barrage et une usine hydroélectrique sont construits dans les années 1930. Lors de la seconde guerre mondiale, la commune sert de refuge aux maquisards.

    Châtel-Montagne est aussi un village d'artistes.