chavroches

    Merci à Monsieur michel valette pour sa patience, sa disponibilité, et les multiples informations transmises

    Superficie de 995 ha - Altitude de 247 à 331 mètres - 262 habitants

    Ancienne circonscription militaire, judiciaire et financière, Chavroches fut le siège d'une des dix-sept châtellenies du Bourbonnais.  Le nom de la commune est issu du latin "Cava Rupes", puis "Cava Rocca", du fait de ses grottes creusées dans la roche sur laquelle le château est bâti.

    En 1509, le bourg était composé du château avec deux donjons carrés, trois tours rondes et un portail avec pont-levis. L'entrée semble avoir été à l'emplacement actuel, mais les murailles portent la trace d'une autre entrée entre les deux tours rondes. Le château était entouré d'un premier fossé qui délimitait la "haute cour". Il existait également la basse-cour avec l'église et le cimetière, entourés de fossés. La maison avec les fenêtres sur les remparts date du XVIIIème siècle.

    Chavroches eut pour fief le lieu-dit "Chantemerle", comme indiqué sur la carte de Cassini, et repris par A. Leguai dans son ouvrage "Histoires des Communes de l'Allier, arrdt Vichy", page 296. De divers emplacements, le promeneur, le touriste ou le curieux peuvent jouir d'une vue magnifique sur la vallée de la Besbre, et admirer de belles demeures sur l'ensemble du bourg.

    Le passé de la commune encore visible ou disparu est très riche. La photo ci-dessous, où est accrochée la lanterne, nous permet de voir la limite et les restes de l'enceinte d'origine. De nombreux vestiges Gallo-Romains, composés pour la plupart de vases et de statues, furent découverts sur l'emplacement de l'église actuelle.

    Ci-dessus, ancien chemin principal. Ci-dessous, le mur à droite correspond à l'emplacement de l'enceinte d'origine. La route correspond elle, aux anciens fossés.

    D'après le Docteur Bailleau, trois édifices se seraient succédés à cet endroit. Le premier aurait été un temple antique détruit probablement à l'avènement du Christianisme. Les fondations de ce temple païen servirent à la construction de la première église. L'édifice actuel, datant de la fin du 11ème siècle, aurait été construit sur l'emplacement de celles ci. Dans tous les cas, des fouilles dans son sous-sol ont permis de mettre à jour une tombe renfermant trois squelettes en parfait état de conservation. L'un d'eux était celui d'une jeune fille blonde à la chevelure intacte, d'où sera issue la légende de Jeanne de Chaveroche.

    Ci-dessus, ancienne cure et, ci-dessous, roue issue d'une ancienne huilerie à noix.

    Autres traces d'un passé très lointain, les nombreux vestiges funéraires trouvés en 1965 au lieu-dit "Les Chenaux", représentés par des tessons de céramiques en grande quantité datant de l'époque Gallo-Romaine, et une urne quasi intacte contenant des fragments osseux calcinés. Cette place aurait été une nécropole, déjà signalée par le Docteur Bailleau vers les années 1900. Ci-dessous, ancienne poste de 1895 à 1922. Bâtiment loué 250 Francs par an. Plus bas, bureau de poste de 1922 à 1990. A l'origine, c'était une belle maison de famille (De Finance), puis fut transformée en une école de garçons de 1874 à 1890, puis en une pharmacie jusqu'en 1908.

    Coupée en deux par la Besbre, la commune voit son bourg rejeté sur la droite, entourant le château bâti sur une butte calcaire et inscrit au patrimoine historique. Sur la gauche, un peu à l'écart, se cachent les châteaux du Verger et du Vieux Verger, et le long de la départementale 480, un imposant pigeonnier circulaire du 15ème siècle observe silencieusement la circulation. Le train eut un rôle important pour l'approvisionnement en charbon à partir d'octobre 1893 et, sur la commune, se trouve le seul tunnel de la ligne du tacot entre Dompierre et Lapalisse (photo ci-dessous).

    Le calcaire de phrygane (photo ci-dessous) est très présent sur la commune. Cet insecte trichoptère, aux ailes velues et opaques, ressemblant à un papillon de nuit, est un vers laineux.  Les larves de phryganes vivent sous l'eau dans un fourreau de brindilles, de coquilles........ Ces fourreaux ont formé par endroits de véritables dépôts de calcaire tertiaires à phryganes. Ces dépôts sont très importants à Chavroches, mais aussi à Saint-Gérand-Le-Puy, Montaigu-Le-Blin, Trezelles ou encore Varennes-Sur-Têche. L'espèce la plus fréquente à Chavroches est l'Hydrobia Elongata.

    Pendant votre promenade, vous pourrez également observer la maison forte du Paturail, le château de la Pouge, plusieurs grottes, la maison du tisserand, des fours à chaux, et multiples lieux dont vous pourrez découvrir les descriptifs à travers ce site. Ci-dessous, ancien bar-épicerie. Le bâtiment de gauche fut également un café. Plus bas, ancienne école de filles, devenue par la suite un logement pour religieuses.