loddes

    Superficie de 2349 ha - Altitude de 354 à 532 mètres - 162 habitants environ.

    A la fin du XIXème siècle, sont mis à jour des bracelets en schiste. Sous l'Ancien régime, la paroisse de Loddes dépendait du diocèse de Bourges, et du prieuré clunisien de Marcigny. Il aurait existé, aux Pontez, une maison seigneuriale et justice vassale de la Châtellenie de Moulins.

    A l'intérieur de l'église, a été conservé un magnifique décor peint de la fin du XIIIème siècle, qui couvre l'ensemble du cul-de-four de l'abside. Il montre le couronnement de la Vierge par le Christ entouré d'anges et du tétramorphe, la représentation symbolique des quatre évangélistes.

    Le blason de la commune est composé d'or à deux clés de gueules passées en sautoir; à la champagne ondée d'azur chargée d'une fleur de lis d'or accostée de deux épis de blé posés en chevron renversé. Photo ci-dessous: ancien presbytère.

    Ci-dessous, ce puits de communauté familiale en pierre du XVIIème siècle possède une margelle du puits est construite avec des pierres ouvragées, bridées entre elles par des lames de fer. Une pierre posée contre celle-ci permettait d'être à la bonne hauteur pour tourner la manivelle. La chaîne est constituée de maillons torsadés, la ferronnerie qui maintient le rouleau en bois comporte des volutes.

    Ci-dessous, la Fontaine Saint-Pierre du XIXème siècle. L'eau de la fontaine Saint-Pierre était utilisée pour combattre les fièvres. Au début du XXème siècle, elle alimentait l'école. Elle coule dans un abri maçonné, fermé par une porte en bois, le tout surmonté d'une croix avec un Saint-Pierre en fonte. Souvent la religion catholique se superpose aux anciennes croyances pratiquées depuis l'Antiquité.

    La croix du XXème siècle du Mont saint-Joseph a été érigée en 1948 par l'Abbé Debeaud sur le mont Saint-Joseph à 532 mètres d'altitude, est dédiée au saint époux de la Vierge Marie. Elle se trouve à proximité d'un réservoir d'eau, avec vue panoramique sur les monts du Morvan, les cheminées du Creusot, les Monts de Beaujolais et du Lyonnais, la chaîne du Puy-de-Dôme et le Sancy. A quelques dizaines de mètres derrière la croix, passe un chemin protohistorique.

    Vers 1900, un riche négociant en bestiaux fait construire une maison bourgeoise et des communs. Le portail principal est orné de têtes de vaches (et de quatre rosaces) en fonte, dont le propriétaire assure la commercialisation. Le pigeonnier, de son côté, constituait à lui seul la basse-cour. Le premier étage était aménagé pour les pigeons, et le rez-de-chaussée pour les volailles. Photos ci-dessous, de haut en bas: maison bourgeoise de Rondepierre, son pigeonnier, et son portail.

    Le château du Coude, très peu visible, a été entièrement reconstruit au début du XIXème siècle. C'est un ancien fief sous justice. Deux petites tours et une grange à dîmes sont les seuls éléments d'origine. De caractère Restauration, c'est une grande bâtisse de plan rectangulaire à deux étages, couverte d'un toit en croupe. Ses longues façades ne présentent aucune décoration. Un beau parc boisé du XVIIème siècle entoure l'édifice, et lui confère tout son charme. Ancien château avec de nombreuses tours, sous la révolution, il fut ordonné à Jean-Marien de Viry (1732-1793) de détruire ces dernières, symboles de noblesse. Il refusa et fut guillotiné à Lyon le 31 décembre 1793. Photo ci-dessous: ancien panneau signalétique.

    l'ancien moulin et son étang

    panoramas du fétrez