lurcy-lévis: patrimoine

    l'église saint-martin (classée monument historique en 1937)

    Avant la révolution, la paroisse de Lurcy relève du diocèse de Bourges. Elle est associée, au XVIème siècle, à un prieuré-cure dépendant de l'abbaye de Plaimpied-en-Berry. Cette église date de l'époque romane. Le site, traversé par la voie allant de Paris à Lyon, semble être occupé dès l’époque gallo-romaine. Pendant la révolution, l’église n’est pas vendue. Le clocher carré est édifié sur la croisée. Il est à un étage, percé sur chaque face de baies en plein cintre à colonnettes, et surmonté d'une flèche de charpente octogonale plus récente.

    Le porche roman s'ouvre en plein cintre dans un avant-corps. Il est surmonté d'une archivolte et d'une corniche aux modillons sculptés d'animaux et de masques humains. Il est modifié à la fin de l'époque gothique par la construction d'une double porte couronnée d'arcs en accolade et de supports de statues. Mais le calcaire tendre, travaillé à l'époque gothique, souffre de l'érosion.

    A l'origine, l'église se compose d'une nef de quatre travées, flanquée de bas-côtés, d'un transept saillant et d'un chevet tréflé, disposition unique dans la région. Les colonnes qui renforcent le chevet se terminent par des chapiteaux ornés d'animaux fantastiques. Par la suite, la nef est réunie aux bas-côtés, par la démolition des grandes arcades. Seules les colonnes engagées des piles de l'arc triomphal subsistent.

    Les bas-côtés sont réunis à la nef, et l'édifice est doté d'une charpente qui vient remplacer la voûte en pierre. Les poutres horizontales, ou entraits, et les poutres verticales, ou poinçons, soutiennent les jambettes et les arbalétriers de la charpente. Photo plus bas: piétas.

    Le bénitier ci-dessous semble être un remploi. Il pourrait provenir du décor extérieur de la balustrade d'un des châteaux des environs.

    Les trois absides voûtées en cul-de-four datent de la fin du XIème/début du XIIème siècle. Celui de l'abside orientale est orné d'un Christ en Majesté entouré de quatre évangélistes. Cette peinture récemment découverte a été restaurée.

    le château de lévis (inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 1945)

    Poligny est le nom du château primitif, dont il ne reste qu'une seule tour. Un nouveau château est construit en 1655. Il appartient alors à l'importante famille de Lévis, dont les membres occupent notamment la fonction de lieutenant du roi et de gouverneur du Bourbonnais. En 1723, cette famille obtient la création du duché de Lévis. En 1738, la seigneurie. En 1738, la seigneurie passe aux Castries. Jacques Hardouin-Mansart, de la famille de l'architecte, achète le château en 1752. Celui-ci est saisi en 1759, puis vendu à André de Sinéty. De 1788 à 1823, les chasses ayant été interdites, les loups envahissent le pays et viennent hurler jusque sous les fenêtres du château. Le marquis de Sinety ouvre, dans le château même, une fabrique de porcelaine. Elle y reste jusqu'en 1855 où elle se transporte ensuite à Couleuvre. Elle y fonctionne toujours, avec des dessins originaux de Jean Cocteau, dessins concédés à la manufacture en exclusivité à la fin des années 50. Il passe à la famille Thuret en 1823. Durant la dernière guerre, le château donna asile aux 80 employés de la banque Hottinguer et à leur matériel, la place ne manquant pas.

    Le château primitif était une véritable forteresse, avec un grand nombre de tours et tourelles. Une seule subsiste au niveau de l'enceinte. Le bâtiment actuel se compose d'un long corps de logis. Les pavillons des extrémités sont construits à la suite d'un incendie, en 1744. Le pavillon central et les escaliers des deux façades datent peut-être de 1880 environ. Aujourd'hui, c'est une grande construction à l'ordonnance classique, aux nombreuses fenêtres et lucarnes. L'entrée principale se fait par un escalier à double évolution, accolé au pavillon central. 90 mètres de long, près d'un hectare de toitures, une enfilade de pièces dont les hautes fenêtres donnent sur les façades. Lévis a vraiment de l'allure. Une pièce du château de Lévis aurait été condamnée par l'épouse du marquis, qui la trompait avec une bonne. Furieuse, la marquise l'aurait emmurée vivante. Cette pièce serait toujours murée et aveugle. Depuis quelques années, le château ne se visite plus, car il n'est pas conforme aux règles de sécurité. Mais on peut toujours s'arrêter devant et imaginer?

    l'ensemble rural des génetais

    De l'ancien fief des Génetais, attesté au XVIIème siècle dans la famille de Gamache, subsiste un corps de bâtiment massif, en forme de tour, surmonté d'un clocheton et coiffé à l'impériale, et un pavillon porche d'accès à la cour.

    le château de béguin

    Toutes les photos couleur issues d'internet. Anciennes cartes postales, propriété de randos-allier.

    Le château de Béguin appartient aux Chateaumorand puis aux Villars, avant d'être acquis, en 1508, par la famille de Lévis. Il est rétrocédé aux Villars en 1572, et passe de nouveau aux Lévis en 1647. Au XIXème siècle, il est acquis par les Thuret. En 1853, il passe, par mariage, à Edouard Fould, maire de Lurcy en 1862-1865 et 1874-1876. Du château primitif, il ne reste qu'une tour contre laquelle l'édifice actuel est construit au XIXème siècle.

    C'était un château-fort, auquel on a adjoint, au cours du XIXème siècle, une grande construction de brique et de pierre. Il offre une grande symphonie de rouge profond et d'ivoire. Dans la cour, une sculpture jaune et bleue de Varelli. Le long corps de logis principal est à deux niveaux et niveau de comble. On accède au rez-de-chaussée surélevé par un escalier sur perron. Trois pavillons, de tailles inégales, sont accolés en façade: deux en angle, en retour d'équerre, le troisième en avant corps, recevant une porte d'entrée monumentale.

    le château de neureux ou neure

    Les photos présentées dans cet article, hors ancienne carte postale, sont issues d'internet. L'édifice a été détruit par un incendie en avril 2015.

    Le château de Neureux semble être le plus ancien du territoire de la commune, dont les domaines s'étendaient également sur Couleuvre. Cité pour la première fois en 1301, il appartient alors à Guillaume d'Aubigny et reste dans cette famille jusqu'au XVIIème siècle.

    De 1652 à 1751, la seigneurie passe de main en main. En 1751, elle est confisquée par le roi, et des officiers royaux louent ou occupent gratuitement le château jusqu'en 1783. Cette année-là, André-Louis de Sinéty quitte Lévis pour s'installer à Neureux, où il traverse la période troublée de la révolution sans être inquiété.


    L'édifice doit son aspect actuel à une reconstruction du XIXème siècle. C'est aujourd'hui un grand bâtiment à deux niveaux et niveau de comble, anglé de deux tours rondes en façade. Les nombreuses ouvertures sur les deux façades, disposées symétriquement, selon l'ordre néoclassique, sont à linteaux à arc surbaissé. Autant de lucarnes à jambages et frontons de pierre éclairent les combles.

    street art city

    Le Street Art City est une destination touristique originale. Ce site unique, époustouflant, inattendu, offre aux visiteurs une découverte visuelle au cours d'une promenade architecturale et artistique en immersion totale. La déambulation propulse le spectateur dans une incroyable sensation, l'absorbant tout entier au coeur d'une perpétuelle métamorphose de l'art urbain sans précédent. La diversité artistique s'empare de l'esprit du visiteur en l'assaillant, le surprenant, le perturbant... provoquant le sentiment d'insatiabilité de ne pas pouvoir tout voir en seule fois, et le plonge dans la magie d'une étape éphémère. Toutes les photos sont la propriété de Street Art City.