monétay-SUR-LOIRE

    Superficie de 3 126 ha - Altitude de 2323 à 303 mètres - 277 habitants environ

    L'origine du nom de la commune est Monastérium, en raison d'un prieuré (dont l'existence reste à prouver) qui s'érigeait au 01er siècle de notre ère près du cimetière actuel. Les vallées de la Lodde et du Roudon sont dominées par le bourg qui repose sur un sommet assez escarpé. Un trésor, venant d'un lieutenant de Mandrin, serait encore caché dans le village. Vous pourrez également déguster, chez Christine, une cuisine traditionnelle au restaurant "le gourmet". Ci-dessous, maison à pans de bois, longue maison basse avec motifs en croix de Saint-André, à trois entrées, recouverte d'un large toit à croupe débordant.

    La paroisse était partagée entre deux seigneuries: Montourmentier et Chantemerle. Les deux châteaux ont disparus.

    En 1709, d'après le curé Claude-Joseph Larivez, la famine fit soixante-quatorze morts.

    Il aurait existé une motte féodale au lieu-dit Les Bizets, siège d'une seigneurie féodale. Là encore, difficile de prouver son existence. Malgré tout, les auteurs de "Châteaux en Bourbonnais" situent cette motte à 2 kms 500 au Nord-est du bourg (René Germain, page 104). Autre lieu disparu, mais qui lui a bien été réel, la maison forte de La Forêt, qui comprenait deux grosses tours rondes avec deux ailes importantes à tour carrée, ainsi qu'un pont-levis entourés de fossés. 

    De même, à 3 kms au Nord-Ouest du bourg, la motte des Masilles fut, sur son déclin, occupée par les seigneurs des Picards de Pierrefitte, remplacés par la suite par ceux des Bayards puis des Henrys. Au lieu-dit La Cure, il subsiste une plate-forme carrée de plus de 20 mètres de côté qui s'élève à un mètre au-dessus du sol, dont on voit encore les fossés de 10 mètres de large.

    Il subsiste également, à 1 km 200 du bourg, le fief du Roux, nom de son propriétaire Antoine Roux, dont les traces remontent à 1503. Lieu privé, la gentilhommière des Godets est une maison à pans de bois du 16ème siècle, longue et basse, avec des motifs en croix de Saint-André.

    Autre lieu disparu: la maison forte du Grand Bois où il n'est visible que la plate-forme, sans basse-cour, de plan rectangulaire de 33 mètres de long sur 30 mètres de large, ceinturée par un fossé de 8 mètres de largeur. Enfin, aux Forges, il existait une motte féodale précédée d'une basse-cour.

    Que Monsieur PLOUHINEC Yves, Maire de la commune, soit remercié sur ce site pour son soutien.