neure

    Superficie de 1197 ha - Altitude de 190 à 234 mètres - 184 habitants environ.

    Jusqu'à la révolution, la paroisse de Neure relève du diocèse de Bourges. Elle dépend du prieuré de Souvigny, comme le confirme une bulle du pape Eugène III en 1152. Un certain nombre de toponymes locaux, "Villers" par exemple, atteste un développement de la commune à l'époque médiévale. Pendant les guerres de religion, en 1576, le village est saccagé par une armée calviniste de passage à Neure. A la fin du XXème siècle, le village est resté un petit bourg à vocation agricole.

    Au sud-est du bourg, à Montvrin, les ruines d'un château fort sur motte fossoyée sont encore visibles (voir plus bas). Sur cette motte subsistent les restes d'une maison forte, de plan rectangulaire, à large toiture. Les registres paroissiaux de Vieure indiquent qu'en 1576, le prince de Condé et le duc palatin Jean Casimir avaient bien établi leurs troupes entre Cher et Allier. L'état-major de cette armée calviniste était installé à Nieure. Ils affrontèrent l'armée royale conduite par le duc du Maine, et les combats furent si terribles qu'on raconte qu'il ne resta plus une seule poule à plusieurs lieux à la ronde. C'est sans doute à cette époque que date la destruction du château.

    La maison forte de Montbrun, ci-dessus, de plan rectangulaire, est située sur une motte et domine la confluence de l'Anduise et de la Bieudre. Diane de Daillon du Lude, veuve de Jean de Lévis, s'y retire à la fin de sa vie, au XVIIème siècle. Le fossé est encore visible, ainsi que les restes d'une tour.