Vos randonnées dans l'allier autour de saintclement

    saint-clément

    Superficie de 2598 ha - Altitude de 468 à 904 mètres - 325 habitants environ.

    En 1334 est érigée la paroisse de Saint-Clément. A l'origine, Saint-Clément s'appelait Saint-Clément des Monts, puis des Montagnes. De l'époque Gauloise au Moyen-âge, on ne sait rien de son histoire locale. Elle dépend du diocèse de Clermont jusqu'à la création de celui de Moulins, en 1823. Au cours des siècles, Saint-Clément demeure sous la dépendance de la seigneurie de Montmorillon, puis de celle de Beauchênes. Le château de Beauchênes fut construit par Geoffroy de  Balzac en 1509. En 1521, il devient la propriété de Jean de Coulanges.

    En 1620 apparaissent les Roy de Moulins issues d'une grande famille des Flandres. Jean Roy, seigneur de Beauchène, fut nommé Conseiller d'état en 1662. En 1720, la propriété passe entre les mains de Monsieur Brunet d'Evry, marquis de Lapalisse, seigneur de Châtel-Montagne, de Saint-Clément et autres terres. En 1755, Joseph d'Evry fit construire à côté du vieux château une maison de plaisance. C'est probablement dans cette maison plus moderne et plus confortable, qu'il donna l'hospitalité à Jean-Jacques Rousseau dont il était l'ami, et dont il partageait peut-être les idées philosophiques.

    En 1823, les terres des Brunet d'Evry sont vendues au détail. De nombreux ménages des environs en achètent de petites parcelles et y bâtissent des chaumières. La commune est alors très étendue. Les habitants vivent de l'agriculture et du travail du bois et du chanvre. Les foires de Saint-Clément sont renommées. Mais, en 1849, Saint-Clément perd dix villages et plus de 1 000 hectares qui sont affectés à la création de la nouvelle commune de La Chabanne

    Le 03 mai 1886 naquit à Saint-Clément Monseigneur Victor Martin, qui après avoir fréquenté l'école du village, entra au petit séminaire de Réray, puis au grand séminaire de Moulins. Ordonné prêtre en 1911, il fut nommé professeur d'histoire et de droit canonique au grand séminaire puis, en 1919, maître de conférence à la faculté de théologie catholique. Après un séjour à Rome, il devient avocat au tribunal de la Rote. Doyen en 1923, il crée et construit le collège universitaire des clercs étrangers. Il décède le mardi 04 septembre 1945 à Saint-Clément.

    Le 22 décembre 1754, de passage à Saint-Clément, les troupes de Mandrin assassinèrent un meunier âgé de 30 ans, Jean Driffort, qui refusait de leur indiquer la maison où devaient se trouver les employés des fermes, et de leur servir de guide. De 1754 à 1912, le moulin ci-dessous fut la propriété de la famille Driffort. La légende raconte aussi qu'un seigneur de Saint-Clément, le sire de Charnaud, était cruel, "grand rançonneur de manants des environs, écumeur de grands chemins et faux monnayeur". La population de Saint-Clément, excédée, se serait emparée de son seigneur, après l'avoir poursuivi jusque dans une tour du château, et aurait démoli tour et château.

    En 1793, une croix de pierre aurait été brisée sur la colline de La Bruyère et les débris jetés dans la Besbre qui coule en contrebas. La partie supérieure de cette croix surmonte aujourd'hui le fronton de l'ancien presbytère. Comme réparation de ce sacrilège, un calvaire y fut érigé et inauguré par M. Le Chanoine Bletterie le 05 juin 1857. En 1882, puis en 1912, les croix ont été remplacées. Le calvaire et le chemin de croix ont été régulièrement restaurés par les habitants du hameau de La Bruyère. Chaque vendredi saint, les fidèles amis de La Salette se rassemblent sur ce chemin de croix pour une cérémonie de recueillement.

    En 1929 fut commencé la construction d'un barrage d'un volume de 1 200 000 mètres cubes d'eau. Il fut terminé en 1931. Ce barrage produit de l'électricité dans une usine située sur la commune de Châtel-Montagne. Ce barrage est un plan d'eau de 27 ha classé grand lac intérieur de Montagne. Il est situé à une altitude de 550 mètres à l'extrême sud-est du département, au coeur de la Montagne Bourbonnaise dans un cadre naturel et préservé.

    Implanté sur la rivière Besbre, classée en première piscicole affluent de la Loire, c'est un lieu de pêche très prisé par les pêcheurs locaux à la recherche des carpes et des carnassiers, mais également par de nombreux touristes car de nombreuses activités permettent de passer un agréable moment en famille.

    L'Hermitage des Bruyères Pigerons est une petite maison dans un cadre délicieux où Monsieur Jean d'Esparbés (1899-1968)  passait trois mois d'été.

    Enfant de Montmartre, fils de Georges d'Esparbés, il se tourne vers la peinture en 1914 et devient très vite sociétaire du salon d'automne et du salon des indépendants.

    Plusieurs des ses oeuvres sont exposées au Luxembourg, Strasbourg ou encore New-York. Certains tableaux ont été acquis par l'état.

    Au moment de la constitution de l'Europe des 12 en 1989, l'Institut Géographique National installa une borne marquant le centre de l'Europe sur la commune qui acquit ainsi une renommée européenne.