saint-étienne-de-vicq: patrimoine

    l'église saint-étienne

    L'église Saint-Etienne, de style roman du XIème siècle, avec une abside en hémicycle, se situe sur un emplacement où se trouvait jadis la forteresse. le clocher a la particularité d'être circulaire sur un plan carré. Certains y voient une ancienne tour de château, d'autres pensent à une modification postérieure à la construction. La nef est sans fenêtres, et il n'y a pas de transept. Un porche couvert orne la façade ouest jusqu'au début du XXème siècle, époque à laquelle il est démoli. Classée Monument Historique en 1932.

    Devant la porte, le seuil est formé d'une ancienne dalle funéraire ornée d'une croix gravée.

    Précédés de deux chapiteaux, les arcs des voûtes sont typiques de la période romane. La croix derrière le choeur, excentrée en raison de la disposition des ouvertures, a dû être placée ultérieurement.

    Ci-dessous, le chapiteau représente un porteur de moutons, les bras levés. Il donne l'impression de soulever ces animaux avec beaucoup d'aisance.

    Le chapiteau ci-dessous, du plus pur style roman, est d'origine. Il montre un personnage debout, les bras levés au ciel comme dans une prière, devant un animal fantastique.

    Des peintures sont présentes sur quasiment l'ensemble des murs de l'église.

    Les vitraux historiés, de haut en bas: Vierge à l'Enfant et saint Etienne. Même présentation des personnages dans un médaillon polylobé à fond multicolore, entouré de losanges incolores par souci d'économie.

    Le mobilier est composé, notamment, d'une tribune en bois et d'un bénitier en pierre semi-circulaire au bord mouluré.

    Les statues représentent, entre autres, saint Joseph, le Christ en croix, sainte Anne, Notre Dame de Lourdes, la Vierge à l'Enfant ou encore le Sacré-Coeur et saint Etienne...

    Ci-dessous, tableau représentant la guerre de 14-18 avec en image un soldat au pied de la Croix et, dans le lointain les ruines d'une ville bombardée. Tout autour, sont placées les photos des enfants de la commune disparus durant le conflit.

    La porte du tabernacle est en marqueterie avec comme dessins une bougie, des feuilles de vigne, du blé, du pain et le calice.

    LA MAISON FORTE DE VERSEILLES

    Place forte sur une hauteur, la maison forte de Verseilles se voit de loin avec ses bas de murs de deux mètres cinquante. Elle est construite durant la guerre de Cent Ans, comme beaucoup d'autres dans le Bourbonnais. A l'origine, il y avait un poste Romain sur l'antique route de Roanne à Vichy. La première référence écrite date de 1411. Les Anglais, avec les bandes du Prince Noir, le prirent deux fois. Ils volaient la vaisselle puis s'en allaient. Certaines transformations datent de la Renaissance, et sont encore à vocation défensive. Les toitures ont été arasées et les écussons détruits à la révolution. En 1792, la terre de Verseilles est déclarée bien national. Inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques en 1976.

    C'est une construction d'un corps de bâtiment à deux niveaux, flanqué aux angles de deux tours rondes. Au centre de la façade principale, une autre tour ronde abrite un escalier en vis. C'est ici que s'ouvre la porte d'entrée. Les tours d'angle, plus hautes à l'origine, ont été tronquées et recouvertes de toits en appentis. Au XVIème siècle, le goût de la Renaissance y a apporté de belles fenêtres à meneaux qui égayent  les façades.