sorbier 

                        

    Superficie de 1700 ha - Altitude de 207 à 276 mètres - 301 habitants environ.

    L'origine du nom de la commune viendrait du latin Sorbus, ou de l'anthroponyme latin Surbus et du suffixe "arium". La commune porte le nom d'une variété d'arbres. Une quarantaine d'espèces ont été plantées partout dans le village. Vous pourrez également observer diverses espèces durant votre randonnée. Site très étendu, Sorbier vaut surtout pour sa douceur de vivre et ses grands espaces, que pour son patrimoine, peu important.







    Des découvertes archéologiques, ainsi que les vestiges de trois mottes féodales: les Hormais, les Beaux-Geais et Montifaut, témoignent de l'ancienneté du site.

    A proximité du domaine des Beaux-Geais, se trouve une ancienne dîmerie, sur la motte de Jais.

    Sorbier appartenait aux seigneurs de Jaligny de 1623 à la révolution.


    Entre les Grands Geais (photo ci-dessous) et les Beaux Geais se dresse encore une belle motte féodale entourée de fossés, siège d'une seigneurie primitive. La seigneurie des Geais, de grande taille, fut peut-être éclatée en trois importants domaines: les Grands-Geais, les Petits-Geais, et les Beaux-Geais.

    La motte de Jais ou motte aux canards est implantée sur une colline, en position dominante. Le tertre, de plan rectangulaire aux angles arrondis, mesure trente mètres de côté, et il est ceinturé par un fossé de huit mètres de large. Cette construction a servi de base à l'installation d'une maison forte, aujourd'hui disparue. Seul un bâtiment à colombages en écharpe subsiste sur la plateforme.

    Au lieu-dit des Rambauds, se situe une motte castrale, implantée sur un éperon, et composée d'un tertre et d'un enclos entouré de fossés. Le tertre, de forme tronconique, mesure seize mètres de diamètre à la base, et dix mètres sur la plateforme. L'enclos, de plan carré, mesure trente-quatre mètres de côté.

    Aux Hormais (photo ci-dessous), subsiste une motte, en position dominante sur un éperon, composée d'un tertre et d'un enclos. Le tertre, en forme de tronc de cône, mesure quinze mètres de diamètre. L'enclos, de plan rectangulaire, mesure quarante mètres de long sur vingt-cinq mètres de large. Il ne reste rien des anciens bâtiments, décrits en 1697 comme constitués de "deux corps de logis entourés de fossés, dont l'un en mauvais état, et à côté tours et masures, où soulait être le château des Ormais."

    Peublanc était une seigneurie primitive, dont le siège était installé sur une motte castrale, encore visible.

    La cheminée, de 1800, appartenait à l'une des cinq tuileries autrefois implantées sur la commune. Bien que fermée depuis 1963, cette usine possède encore son four.

    La production consistait en briques pour des cheminées, ou pour des constructions extérieures, en petites tuiles, ou tuyaux de drainage.