tréteau

    Superficie de 3128 ha - Altitude de 253 à 307 mètres - 566 habitants environ.

    Une villa Romaine avec thermes a été mise à jour sur la commune, qui semble avoir été une cité importante au carrefour de voies gallo-romaines. Celle qui relie Clermont à Autun traverse d'ailleurs l'agglomération. Le village apparaît dans les archives en 1242 avec l'orthographe "Trestiaus". Le nom évoluera en "Treteaux". C'est au milieu du XIXème siècle que l'orthographe définitive de la commune sera adoptée. Le nom pourrait signifier "au-delà de l'eau". Avant son assainissement au XIXème siècle, la Forterre était un marécage, et il fallait franchier des gués et des ruisseaux pour accéder à Tréteau.

    Le château de la paroisse se dressait sur une motte colossale, entouré de nombreux fiefs. Cette motte castrale, relativement étendue, supporte aujourd'hui l'église reconstruite au XIXème siècle. L'ensemble était entouré de remparts dont il ne subsiste que quelques vestiges. Le tracé des anciens fossés est cependant encore lisible. Photo ci-dessus: ancienne cure.

    Un autre château, dit du Vieux-Chambord, présente la double particularité de rester dans la même famille depuis 1276, lorsque Hugues de Champroprin le reçoit de Guillaume de Jaligny, et de n'avoir jamais été attaqué. L'un de ses seigneurs, écuyer du duc de Bourbon Louis II escorte le connétable Du Guesclin de Moulins à Châteauneuf-de-Randon en février 1370. Photo ci-dessous: logis Bourbonnais du XVIIIème siècle.

    Pendant longtemps, la commune accueille des foires agricoles très importantes. Trois entreprises de matériel  agricole, ainsi qu'une coopérative s'y sont implantées dans la première moitié du XXème siècle. Les silos ci-dessous servent à stocker les céréales d'une coopérative agricole, la Coopaca, en activité depuis 1936.

    L'un des atouts de la commune est sans aucun doute son étang de 4.5 hectares, alimenté par des sources. Le site, réaménagé en 1981, est entretenu régulièrement par la municipalité qui le vide tous les deux ans. L'étang accueille des camping-caristes de février à octobre, et les visiteurs d'une borne eau et électricité. L'étang est également un lieu de pêche où les amateurs peuvent venir taquiner la carpe, le brochet, le gardon, la tanche, la friture..... Autour du site, sont proposés une aire de jeux pour les enfants, un terrain multi-sport, ainsi qu'un mini-golf.

    La croix ci-dessous, refaite sur le modèle d'une oeuvre antérieure, se dresse près d'une ancienne voie Romaine, qui constitue une ligne de partage entre l'Allier et la Besbre. Au début du XXème siècle, une armure en or de centurion Romain a été découverte près de cet emplacement. Celle plus bas a été édifiée par Hubert Devaulx de Chambord, en signe de reconnaissance pour être revenu sain et sauf, avec ses trois frères, de la Première Guerre mondiale.

    A l'origine, cette petite maison forte ci-dessous, flanquée d'une tour carrée, se trouve à l'intérieur des remparts du bourg, dont il ne subsiste que quelques murailles.  C'est un logis du XVème siècle, de plan rectangulaire à un étage, flanqué en façade d'une haute tour carrée. Des aménagements postérieurs y ont ouvert de larges baies, pour plus de confort.

    La motte quadrangulaire fossoyée du Plot a supporté l'ancienne maison forte des Monnets, aujourd'hui disparue, mais qui a été, comme toutes les maisons fortes, le siège d'une petite seigneurie. Elle est mentionnée en 1569 comme "maison noble des Monnets, paroisse de Tréteau", maison seigneuriale et justice vassale de la châtellenie de Moulins.

    Juste à la limite des communes de Tréteau et Cindré, sur la droite de la route, se voit une importante motte castrale circulaire (photo ci-dessous), issue d'un aménagement artificiel d'une éminence naturelle, et qui porte encore le nom de Château Barot. Bien qu'aucun document ne vienne confirmer l'histoire de ce site, le lieu apparaît bien comme le siège d'une ancienne fortification. Il en est de même pour le lieu-dit Château du Rue, qui porte encore le nom du château, mais pour lequel aucune trace n'a été signalée.

    l'étang de tréteau